5 causes de la dépression chez l’enfant :

depression_enfantLes enfants comme toute autre personne peuvent tomber dans un état dépressif. Les parents doivent chercher les causes exactes de cette dépression pour apporter une solution adéquate. Les origines de la dépression peuvent être multiples, et les parents doivent absolument les identifier. Il est indispensable de les détecter dès qu’un signe apparaît et d’apporter les solutions correspondantes pour que cela ne s’aggrave pas. Quelles sont alors les causes possibles de la dépression et comment faire pour que l’enfant puisse l’éviter ?

Quelles sont les causes possibles d’une dépression ?

Le déménagement

A la suite d’un déménagement, l’enfant doit s’adapter aux nouveaux endroits et à la nouvelle demeure. Ainsi, il perd ses habitudes journalières comme le chemin qui mène à l’école, par exemple. Il se peut aussi par exemple que la nouvelle maison ne lui plaît pas autant que l’ancienne. Il doit aussi se faire de nouveaux amis, ce qui peut lui paraître difficile.

La séparation ou le divorce des parents

Etre quitté par son père ou par sa mère pèse beaucoup pour un enfant : ce sont les personnes qui lui donnent de l’affection en premier lieu.  Il lui est difficile de concevoir une vie avec l’un(e) d’entre eux seulement.

La situation empire si l’un de ses parents  décide de fonder une autre famille. L’enfant est obligé de s’adapter  à des personnes qui lui sont étrangères.

La perte d’un proche

Un enfant s’attache facilement aux membres de sa famille. La perte d’un proche provoque un énorme vide pour lui. Il est nécessaire de lui parler de la mort et de lui expliquer que la vie est ainsi. Il faut le guider et lui apprendre à accepter cette situation.

Le rejet par des amis

Un enfant ne supporte pas d’être rejeté par ses amis surtout si ceux-ci sont de longue date. Cela peut se produire après une dispute ou suite à des désaccords, ou à des différences entre l’enfant et ses amis. Les parents ne doivent surtout pas minimiser le problème et faire tout leur possible pour aider l’enfant à surmonter la situation.

L’échec scolaire

L’enfant peut avoir des difficultés à apprendre ou qu’il n’arrive pas à suivre aisément ce que les enseignants transmettent. Chaque enfant assimile à une vitesse qui lui est propre et d’autres facteurs peuvent aussi être des sources du problème (état de santé, conditions de vie, …)

L’enfant peut ainsi se sentir différent ou mis à l’écart. Il se détache de ses amis, se renferme sur lui-même, et commence à ne plus s’intéresser aux activités scolaires.

 

Si un enfant est atteint de dépression, les parents doivent avant tout garder leur calme et faire face à la situation avec délicatesse. Le soutien d’experts comme des pédiatres peut être nécessaire. Partagez dans les commentaires si vous avez vécu des expériences sur le sujet ou simplement donnez votre avis !

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Mes astuces pour gagner plus de temps

gagner_tempsCe n’est pas facile d’accumuler  beaucoup d’obligations dans le quotidien : le conjoint, les enfants, la maison, le travail et bien d’autres choses. Je me retrouve quelquefois submergée et je constate que les 24 heures de la journée sont insuffisantes. L’éducation de mes enfants m’est importante et je cherche toujours à trouver du temps pour répondre aux besoins du quotidien.

Il est indispensable de mettre en place une bonne gestion du temps. Voici des astuces qui méritent d’être essayées pour nous éviter de stresser devant une montagne de choses à faire et de libérer du temps pour accomplir plus.

Faire la liste des tâches

Lister les tâches me permet de ne plus penser à ce que l’on doit faire et de gagner du temps.

Je commence par voir les tâches dans la globalité et ensuite je les détaille en petites tâches faciles à réaliser. Pour mettre de l’ordre dans la maison, par exemple, je prends les pièces une à une, ensuite je m’occupe de chaque meuble dans chaque pièce.

Préparer  le programme du  lendemain

Le soir, je prépare ce dont on aura besoin pour la journée du lendemain :

  • Sortir les habits à porter pour la famille
  • Ranger dans les sacs et les cartables les affaires nécessaires pour l’école
  • Dresser la table pour le petit déjeuner et y mettre la nourriture qui peut se passer du réfrigérateur.

S’organiser  en cuisine

Pour ne pas perdre inutilement du temps :

  • Regrouper les achats et ainsi alléger les courses. Je prévois de la nourriture pour deux semaines. Faire des achats en ligne me permet aussi de gagner plus de temps.
  • Préparer des repas simples et vite fait dans la semaine pour ne pas passer trop de temps dans la cuisine et je réserve les plats plus longs à préparer pour le week-end.
  • Congeler des plats pour le soir.
  • S’équiper de matériels adéquats pour réduire le temps passé à préparer les plats.
  • Mettre de l’ordre dans la cuisine et faire le ménage régulièrement afin de ne pas avoir à faire de grand nettoyage fréquemment.

 

Ce que nous avons énuméré ci-dessus ne constitue qu’une partie des astuces que l’on peut appliquer pour gagner du temps dans notre vie quotidienne. L’expérience individuelle de chacun enrichira la liste. Nous vous invitons alors à partager dans les commentaires !

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Etre des parents attentionnés : un comportement efficace

attention_parentsEn grandissant, l’enfant compte toujours sur ses parents. Donner de l’attention à son enfant est une attitude efficace qui lui est très favorable dans son éducation. Lorsque les parents sont souvent noyés dans  leurs occupations quotidiennes, ils oublient parfois que leurs enfants ont besoin de leur attention. Comment  alors montrer à nos enfants que nous leur accordons toujours notre attention ?

  • Léo s’est fait mal sur les genoux en jouant au ballon avec ses camarades. Il est tombé car quelqu’un l’a bousculé. Il vient vers vous pour partager  ses peines. Vous réagissez comme suit :
  • «  Ce n’est rien, nous soignerons les plaies»
  • « Je t’ai déjà averti de ne plus jouer avec ….  »
  • « Bien fait pour toi. Va réviser tes leçons »
  • « Viens dans mes bras, mon chéri, je sais que tu as mal »

Nous constatons d’après cela comment nous réagissons face à ce qui arrive à  nos enfants.  Le fait de prendre à la légère ce que l’enfant supporte  est pour lui un signe de négligence. Il a besoin d’être consolé, d’être aimé dans ses moments douloureux.

  • Pour sa part, Agnès est arrivée à construire une énorme maison avec un jeu de construction. Il appelle sa maman pour partager sa joie,  vous lui dites :
  • « Ce n’est pas mal mais tu peux encore mieux faire  »
  • «  Mais pourquoi une maison, il vaut mieux construire autre chose ! »
  • « Bravo ma chérie ! quel exploit ! »

L’enfant, dans ce cas, a voulu recevoir de sa mère une attention positive suite à ce qu’elle considère comme une réussite.

Nous devons être attentifs dans les situations où les enfants nous demandent notre attention, surtout suite à leurs actions. Selon notre réaction, nous pouvons les encourager ou carrément les démotiver. Notre rôle en tant que  parents  est de soutenir nos enfants pour qu’ils grandissent en ayant confiance en eux-mêmes.

Vous pouvez aussi montrer votre attention envers votre enfant par d’autres manières simples :

  • Parler avec l’enfant de sa journée
  • Lui témoigner de l’affection : les caresses, l’embrasser, le câliner, lui taper l’épaule, lui sourire
  • Jouer avec lui ou jeter un regard de temps en temps sur ce qu’il fait
  • Exprimer des mots d’encouragement en cas de difficultés
  • Réagir immédiatement et se montrer satisfait de ce que l’enfant a fait : le féliciter, le complimenter.

Il y a plusieurs manières de montrer son attention à un enfant. Cela peut  nécessiter quelquefois un effort de la part des parents. L’attention permet à l’enfant de renforcer sa confiance en lui et permet de forger une forte personnalité. Partagez vos expériences et ce que vous en pensez dans les commentaires !

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Comment éveiller les talents des enfants par des activités parascolaires ?

activites-pascolaires-enfantL’éducation d’un enfant exige de lui faire acquérir une connaissance dans de multiples domaines. Les parents ne doivent pas se contenter  d’inscrire leurs enfants à une école. L’enseignement seul peut finir par ennuyer l’enfant qui veut découvrir d’autres choses.

Arrivés à un certain âge, les enfants ont besoin de s’ouvrir à d’autres activités pour leur permettre de trouver et de développer leurs talents innés.  Nous allons essayer ici de voir les différents types d’activités que les enfants peuvent pratiquer  et les avantages qu’ils peuvent en acquérir.

Les enfants apprennent aussi de cette manière à rencontrer d’autres personnes qui partagent leurs intérêts et à lier des amitiés.

Quelles activités  peuvent être pratiquées ?

  • Les enfants peuvent s’adonner à des activités sportives. Ces dernières peuvent se pratiquer en salle comme les disciplines individuelles ou en plein air. Participer à un match par exemple est une grande expérience pour un enfant et lui donne de l’encouragement.
  • Il y a aussi la musique qui n’exige pas de fortes activités physiques. Mais cela demande une certaine discipline et de la persévérance pour bien progresser et accéder à la maîtrise de cet art.
  • Des jeux en plein air permettent à la fois de bien s’amuser et de faire des activités physiques.

Quels sont les bienfaits  des activités ?

Ces activités en dehors de l’école permettent

  • d’élargir la zone d’intérêt de l’enfant,
  • d’introduire l’enfant dans des cercles nouveaux, d’améliorer ses capacités et ses compétences
  • de favoriser les rencontres en étant en contact avec des personnes qui lui sont étrangères, donc d’améliorer les relations sociales. Cela leur permet de bénéficier de relations positives avec des adultes. Les enfants peuvent avoir du mal à se confier à leurs parents ou à leurs enseignants, mais ils peuvent s’ouvrir avec d’autres adultes.
  • d’occuper l’enfant pour diminuer les risques qu’il soit attiré à passer son temps libre à des activités qui ne lui sont pas bénéfiques.
  • de donner à l’enfant le moyen de brûler l’excès d’énergie qui peut nuire à son comportement si cela ne parvient pas à s’exprimer
  • de façonner d’une façon globale la personnalité de l’enfant

 

Quel que soit leur type, les activités en dehors de l’école sont toujours favorables à l’enfant. Elles participent à son épanouissement. Comme elles élargissent les relations de l’enfant, elles lui permettent de se faire des amis. L’enfant doit  avoir la liberté de choisir ce qu’il veut faire.

 

Partagez dans les commentaires vos expériences sur les activités parascolaires de vos enfants !

Publié dans Scolarité | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

« Comment Faire D’Un Enfant Irresponsable Un Impressionnant Petit Adulte ? »

enfant-responsabiliteLe sens de la responsabilité est un élément indispensable pour la réussite d’une personne. Les parents doivent savoir l’inculquer à leurs enfants. Suite à un acte commis, un enfant doit prendre conscience des conséquences.

Comment faire alors pour que nos enfants acquièrent progressivement ce sens de la responsabilité et comment les aider dans ce sens ?

Le sens de la responsabilité : c’est quoi ?

Il est dans notre nature de chercher un fautif suite à une action qui a été mal accomplie. Avoir le sens de la responsabilité c’est savoir accepter les résultats, surtout les résultats négatifs de ce qu’on a fait. Au lieu de dépenser son énergie à culpabiliser les autres, il faut savoir assumer les conséquences de ses actes.

Donner un choix

Le rôle des parents est d’expliquer à leurs enfants que prendre une décision constitue une responsabilité. Il faut aider l’enfant à envisager les conséquences possibles d’une éventuelle décision. Alors l’enfant peut choisir entre ce qui lui est favorable ou pas et cela l’aide à prendre conscience de sa responsabilité.

Il appartient aux parents d’orienter leurs enfants vers cette prise de conscience.

Aider les enfants à participer  aux tâches ménagères :

Suivant l’âge, un enfant est capable d’accomplir des tâches plus ou moins simples. Les parents doivent laisser leurs enfants faire ce dont ils sont capables d’effectuer, à les aider si cela leurs est encore difficile et surtout éviter de toujours faire les choses à leur place.

Au début, accompagnez l’enfant dans ses tâches. Cela peut être :

  • ranger ses jouets,
  • faire son lit, s’habiller,
  • lacer ses chaussures,
  • mettre de l’ordre dans sa chambre.

Petit à petit, laissez-le agir seul. Cela renforcera sa confiance en lui  et plus tard il deviendra de plus en plus autonome. Cette autonomie facilite la prise de responsabilité par l’enfant.

Apprendre le sens de la responsabilité à un enfant est un travail de longue haleine. Toutefois nous avons beaucoup à gagner à l’inculquer à nos enfants. L’enfant peut agir avec maladresse au début mais au fil du temps, il ne peut que s’améliorer. Les parents ne doivent pas exiger beaucoup de choses d’emblée.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées sur ce sujet ? Comment y avez-vous fait face ?

Votre participation dans les commentaires est souhaitée et les autres peuvent aussi vous aider. Vous pouvez aussi poser vos questions ou aider les autres à trouver des solutions à leurs problèmes.

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Des Astuces Simples Qui Vous Permettent De Garder Votre Calme Face A La Colère D’Un Enfant

colère_enfantLes parents sont des modèles pour un enfant. Savoir garder son calme a un impact sur l’éducation d’un enfant et est vraiment nécessaire. Face à la colère d’un enfant, les parents peuvent se trouver quelquefois énervés et cela rend la situation difficile à gérer.

Nous vous proposons les astuces ci-après pour vous permettre de garder votre calme pour bien maîtriser la situation.

Se détendre pour bien agir

Nous sommes souvent confrontés à une vie stressante, et nos enfants peuvent nous réserver parfois des grosses surprises alors que nous rentrons fatigués du travail. L’enfant lui aussi peut être épuisé et exprime son mécontentement en hurlant sans cesse, par exemple. Il nous appartient alors de nous maîtriser, se laisser emporter par la colère et l’énervement ne peut qu’aggraver le problème.

Prendre une petite pause

Pour cela, vous pouvez :

  • Se retirer pendant un moment
  • pratiquer une respiration profonde, ou essayer d’orienter votre esprit sur quelque chose de plus agréable
  • s’occuper par des activités manuelles ou physiques qui demandent de l’effort.

Réfléchir avant de parler

Prenez le temps de réfléchir à la situation. Même si la communication favorise l’échange et apporte des éclaircissements, garder le silence est quelquefois préférable pour dénouer la situation.

Pouvoir garder son calme face à la colère d’un enfant est très important. Un enfant ne possède pas encore suffisamment de vocabulaire et souvent la colère est aussi pour lui un moyen de s’exprimer. Les parents doivent l’aider à mieux exprimer ses émotions. Si vous avez aussi des techniques ou astuces qui peuvent aider les autres parents sur le comportement des enfants, partagez-les dans les commentaires !

 

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

35 Expressions Réconfortantes Que Vous Pouvez Tester pour Votre Enfant

 

expressions_reconfortantesL’éducation d’un enfant  englobe divers facteurs que les parents doivent maîtriser. Un enfant a besoin d’être réconforté surtout quand  la tristesse arrive.  Nous vous proposons ci-dessous des expressions qui peuvent réconforter ou stimuler. Il vous appartient de choisir celle qui convient à la situation présente :

  1. Fais toujours de ton mieux.
  2. Ca y est, tu es presque.
  3. Tu veux que je te prenne dans mes bras ?
  4. Un petit câlin ?
  5. Ne t’inquiète pas, ça ira mieux.
  6. Je te trouve fatigué mais, tu sais, je suis là pour toi.
  7. Bravo ! tu avances bien !
  8. Tu peux t’en sortir.
  9. Courage ! cela demande du temps.
  10. Je suis fière de toi.
  11. Tu fais du bon travail.
  12. Au début, c’était un peu dur mais tu t’en es bien sorti.
  13. Félicitations, c’est super.
  14. C’est super, continue dans ce sens.
  15. J’ai confiance en toi.
  16. Super travail.
  17. Quel progrès !
  18. Excellent !
  19. Tu as raison.
  20. Quel effort !
  21. C’est la bonne solution.
  22. Superbe travail.
  23. C’était vraiment difficile mais tu as réussi.
  24. Merci de m’avoir aidé à …. (quelque chose qu’il a fait et qui vous a rendu heureux)
  25. C’est une bonne idée
  26. Tes efforts ont porté ses fruits
  27. Continue, tu en es capable
  28. Très bien, tu es arrivé à le faire tout seul
  29. Tu as fait de ton mieux
  30. Cela a demandé beaucoup d’efforts mais tu as continué
  31. Génial !
  32. Tu es si content d’avoir fait cela
  33. Fais ton maximum
  34. J’adore te regarder faire des efforts
  35. Tu apprends vite, hein ?

Ce que nous avons énuméré ne constitue qu’une partie des expressions qu’on peut  dire à un enfant  pour le réconforter. Notre instinct parental peut trouver ce qu’il y a de mieux ou d’approprié à dire selon les particularités de nos enfants. Il y a des parents qui ont leurs propres expressions pour remonter le moral de leurs enfants, le partage dans les commentaires est vivement recommandé !

 

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Laisser un commentaire

Comment apprendre à un enfant à comprendre qu’il doit avoir des objectifs et comment l’aider à les atteindre

atteindre_objectfSe fixer un objectif pour un enfant est une base fondamentale pour la réussite de son éducation. Quels parents ne cherchent  pas à  souhaiter pour leurs enfants un bel avenir plein de succès ? Pour y arriver, il faut commencer par orienter l’enfant à se fixer des objectifs et l’aider à les atteindre, alors comment y parvenir ?

Quels objectifs pour un enfant ?

Un enfant a besoin de savoir identifier son objectif et de connaître le chemin qu’il doit suivre pour y arriver. Les parents sont là pour donner des indications. L’essentiel est de fixer un objectif qui le fera s’épanouir dans la vie. Par exemple, réussir sa scolarité. Cet objectif principal  génèrera des sous-objectifs à court terme : une alimentation saine et un sommeil suffisant, le maintien en forme du corps, des exercices physiques, résister aux tentations qui nuisent aux études,  l’élaboration d’un emploi de temps efficace, l’apprentissage régulier des leçons.

Définir les priorités

Les parents doivent toujours accompagner leurs enfants. Etablissez des priorités dans les activités de l’enfant. Expliquez-lui pourquoi telle ou telle chose est prioritaire et aidez-le à respecter ces priorités.

Rectifier en cas de besoin

En cours de route, il arrive que les démarches entreprises ne contribuent pas aux objectifs escomptés. Il est nécessaire alors de modifier les actions ou d’apporter des rectifications pour corriger le tir. Un enfant n’a pas encore une bonne capacité d’évaluer ses réalisations, le soutien des parents est indispensable si on veut bien réussir. L’échange et la communication, l’art d’écouter et de parler, sont des éléments efficaces pour aboutir à un résultat satisfaisant.

Apprendre à un enfant à se fixer des objectifs favorise l’acquisition de  sa confiance en lui-même qui lui permettra de bâtir un bel avenir. La guidance des parents n’est jamais à exclure pour parvenir à ce résultat. Votre expérience sur ce sujet peut aider d’autres parents et leurs enfants. Si vous en avez, pourquoi ne pas la partager dans les commentaires ?

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Crise D’opposition D’un Petit Enfant : Comment Transformer Cette Energie En Une Grande Personnalité ?

enfant-criseCet article a été écrit par Haja Andriatahina, il nous conseille comment faire face à un « non » de l’enfant

Pourquoi mon « bébé » dit « non » à presque tout ce que je lui demande ?

Comment arrêter d’être une victime et reprendre le contrôle ?

Selon Erik Erikson, psychologue danois (1902 – 1994), cette période du développement psychosocial de l’enfant est appelé « étape anale musculaire. » Pendant ce temps, l’enfant devient  de plus en plus autonome dans ses soins personnels :

  • Il se bat pour manger seul bien que les résultats soient catastrophiques.
  • Il demande à enfiler seul ses vêtements alors que cela prends beaucoup de temps – ou qu’il refuse de porter tels ou tels habits.
  • Il insiste à brosser ses dents lui-même.
  • Il réclame aller seul aux toilettes pour après, demander qu’on change sa culotte.
  • Elle se bat pour peigner ses cheveux lui-même.
  • Il sanglote à éteindre la lumière et avoir possession de la télécommande.
  • Il fait l’opposé de ce que vous lui demandez de faire
  • Elle peut vous ignorer.
  • Elle s’enfuit loin de vous.
  • Il veut aller dans la rue ou dans d’autres endroits dangereux

En d’autres termes, il sait contrôler ses sphincters.

De ce fait, les parents peuvent être surpris par son apparent entêtement.

Mais soyez sans crainte.

La première bonne nouvelle est  que cette attitude ne signifie en aucun cas qu’il défie votre autorité. Il s’agit d’un désir d’établir son « moi », sa propre identité.

La deuxième bonne nouvelle est que cette « crise » pourra disparaître aussi subitement qu’elle a apparu.

Dr Juan Melgosa, dans son livre intitulé « Découvrez votre vraie valeur »appelle cela comme « un effort naturel d’atteindre son autonomie, ce que le petit ressent naturellement et spontanément. En le reléguant à de nombreuses interdictions, les parents contribuent à la formation d’une personnalité manquante»

Que faire dans cette situation ?

  • Donnez-lui des choix que vous pouvez contrôler
  • Si vous voulez qu’il porte un pull mais qu’il refuse, voici comment : « Veux-tu porter ton pull vert ou le rose ? »
  • S’il refuse de boire du jus de fruit et réclame un soda : « Chérie, tu n’auras pas de soda, veux-tu du jus de tomate ou du jus de citron ? »
  • S’il refuse de ranger ses jouets pour mettre de l’ordre dans sa chambre : « Nous allons les ranger ensemble, de quoi veux-tu te charger, de tes crayons ou de tes cahiers de coloriage ? »

 

  • Habituez-le à des alternatives au « non »

 Comment un petit enfant apprend-il à dire non ?

Ils tiennent ça de nous les  adultes. De plus, il se trouve que son  vocabulaire n’est pas aussi large que le nôtre.

La stratégie est donc d’utiliser des phrases plus spécifiques comme alternatives au « non ».

Par exemple :

  • « Tu pourrais tomber sur les escaliers, vas jouer ailleurs ! » au lieu de dire « non, ne reste pas là ! »
  • « Il te faut de l’eau ! » au lieu de « non, tu n’aura pas de soda. »
  • « Les bonbons détruisent tes dents» au lieu de « non, pas de bonbon ! »

 

Dans cette façon, en même temps que vous le protégez, vous l’aidez à développer sa capacité de réfléchir.

 

  • Aidez-le à sentir que l’idée vient de lui (même quand il n’a pas le choix)

 « Veux-tu boire ton eau maintenant ou plus tard ? »

  • « Veux-tu aller à l’école, accompagné de papa ou maman ? »
  • « Veux-tu que je te lise LES TROIS PETITS COCHONS ou LE GARÇON QUI CRIE AUX LOUPS ? »

Pour un enfant en quête d’autonomie, il est plus facile pour lui de choisir entre deux propositions que de dire OUI tout de suite.

  • Restez ferme

 Dans certaines situations, s’il veut utiliser un couteau ou qu’il veut courir dans la rue, vous n’avez d’autre choix que de rester ferme.

Mettez-vous à son niveau, regardez-le dans les yeux et dites « Tu es encore trop petit pour ce couteau ! » ; « La rue est faite pour les voitures, c’est dangereux pour un petit enfant comme toi ! »

  • Changez la situation

 Ici le but est de réduire autant que possible le stress de l’enfant.

  • C’est son premier jour d’école. Il va être seul avec des enfants et des adultes qu’il ne connait pas encore. Vous pouvez dans ce cas l’amener visiter sa classe voir sa future maîtresse quelques jours avant la rentrée.

 

  • A l’arrivée de l’école, elle est fatiguée, elle a faim. Elle veut du chocolat. Vous pouvez lui dire : « Juste le temps que tu enlèves tes chaussures et te laver les mains et le repas sera prêt. »

 

  • Elle est en train de jouet avec ses amies et vous voulez lui dire qu’il est temps de prendre sa douche. Accordez-lui 5 minutes pour se préparer à l’idée de devoir se séparer de ses amies.
  • Encouragez la coopération

 Demandez au lieu de donner un ordre :

« Veux-tu me donner ce couteau s’il te plait ? » au lieu de « Pose se couteau !»

  • Expliquez clairement ce que vous voulez qu’il fasse :

« Mettons un peu d’ordre dans ta chambre ! » au lieu de « Enlève tout ces jouet de là ! »

  • Dites-lui ce qu’il doit faire, pas ce qu’il ne doit pas : « Touche le petit chat doucement ! » au lieu de « Ne frappe pas le petit chat ! »
  • Prenez soin de vous-même

 Vous serez capable d’aider votre enfant à développer sa personnalité si vous arrivez à vous contrôler et garder votre calme.

Réfléchissez à toutes les situations durant lesquelles vous perdez votre sang froid. Quelles sont vos pensées pendant ce temps ? Quelle est votre émotion ? Quelles sont vos réactions ?

Voici un exemple.

Situation : Ma fille refuse de boire du lait et réclame une limonade.

Mes pensées : Elle est capricieuse. J’en ai ras le bol. Je vais lui montrer qui commande ici.

Votre émotion : La colère

Vos réactions : Vous mordez les lèvres, vous criez « non, tu n’auras que du lait, c’est compris ? »

 

Voilà ce qui se passe d’habitude. Si vous voulez changer le cours des choses, commencez par changer vos pensées. Vos émotions et  vos réactions s’ensuivront.

Exemple.

Vos pensées : « Elle est capricieuse. Mais tous les enfants de son âge sont comme ça. J’étais peut-être comme elle quand j’étais petit, … »

Croyez-moi, ça va faire une grande différence.

  • Concéder certaines choses pour gagner sur d’autres

 Nous avons du mal à faire manger notre fille de 18 mois. Mais elle aime se barbouiller les mains dans son assiette. J’ai lu dans un article sur la parentalité qu’il n’y a rien de mal à laisser l’enfant prendre les aliments par la main (propre).

Depuis nous avons découvert qu’elle voulait manger sans notre aide. Maintenant elle commence à bien tenir sa cuillère.

Abandonner la bataille sur un terrain peut nous permettre de la gagner sur d’autres.

  • Accordez à votre petit garçon le plaisir de s’asseoir au volant de votre voiture et il vous sera facile d’accepter qu’on attache sa ceinture.
  • Concédez à sa demande de tenir sa cuillère pour lui faire manger des légumes.
  • Permettez-le de tenir (avec vous le balai ou l’aspirateur) et il vous sera facile de lui demander de ne pas marcher sur les canapés.
  • Accordez-lui de sortir les jouets qu’elle veut et vous aurez moins de difficulté à lui demander de les ranger après.
  • Laissez-le prendre ses aliments par la main, il lavera ses mains volontairement.

Conclusion

Il est facile d’obtenir l’obéissance d’un petit enfant. Il nous suffit d’user de notre pouvoir de parents. Mais nous voulons plutôt un enfant capable de réfléchir plus tard. Un  enfant qui aura sa personnalité.

 

Que faîtes-vous face au « non » de votre petit enfant ?

 

PS : Pensez-vous que cet article peut aider un de vos amis ? Cliquez sur le bouton «partager ». Merci.

Publié dans Enfant 1à 3 ans | Marqué avec , , , , | 2 commentaires

Comment Apprendre A Un Enfant A Gérer Ses Frustrations

enfant-frustrationsUne citation dans notre pays dit : « Si vous n’êtes jamais frustré c’est que vous êtes un idiot. Mais si vous persistez dans votre colère, vous êtes un sorcier. »

Souffrance. Désespoir. Ennuis.

Un enfant éprouve ces sentiments et il les exprime souvent par la colère. Et c’est très normal.

Devant cette situation, les parents peuvent se sentir coupables et hésitent à intervenir ou pire, s’énerver et réagir mal.

 

Toutefois, gérer sa frustration est une des compétences sociales que nous devons transmettre à nos enfants dès le plus jeune âge.

Que devez-vous faire.

Identifiez ce qui est acceptable

Devant une crise de colère, il se peut que l’enfant essaie de ravager ce qui est devant lui : lancer des objets, frapper les autres, détruire quelque chose.

Les parents ne doivent pas céder devant ces comportements.

Prenez-le par les mains, accroupissez-vous pour le regarder dans les yeux.

Demandez-lui d’arrêter avec fermeté.

Si vous devez faire recours à la sanction car il vous défie, lancez-lui d’abord une sommation.

Si l’enfant à causez des dommages, tâchez de l’aider à réaliser les conséquences de ses actes.

S’il a détruit un de ses jouets,   il doit supporter le fait d’en être privé pendant un bout de temps.

S’il a cassé une vitre, dites-lui que pour remplacer cela vous allez devoir utiliser l’argent prévu pour autre chose (le restaurant ou un nouveau jouet).

De cette façon, vous lui transmettez petit à petit le sens de responsabilité.

Gardez le sang-froid

Face à la frustration, l’enfant exprime des sentiments de désastre. Il lui arrive de crier, de pleurer, de se jeter par terre.

Dans ces  cas-là, gardez votre calme.

Assurez-vous qu’il ne risque rien et laissez-le manifester sa frustration.

Allez dans une autre pièce par exemple.

Pratiquez la respiration profonde.

Perdre son contrôle peut apporter une conséquence néfaste. L’objectif est d’apporter une solution à la situation mais pas de l’aggraver.

Prendre en considération ses sentiments

Il ne faut pas négliger l’expression de colère d’un enfant. Après l’atténuation de son sentiment, il est nécessaire de lui parler, de lui expliquer ce qui lui est arrivé, de l’aider à le contrôler en identifiant les causes.

Pour ce faire, il faut faire attention car il peut s’enfermer. Evitez les expressions que l’enfant peut percevoir comme étant des condamnations.

Voici un exemple

  • On peut parler s’il te plait ?
  • Oui
  • J’ai vu que tu as été très en colère tout à l’heure. Et je suis certain que tu avais une bonne raison de l’être. Tu veux bien m’en parler ?

Prenez des résolutions ensemble

Il est bon d’analyser la situation qui à généré la frustration. Le but est de faire attention à l’avenir et l’éviter si possible.

Considérez  à quel moment s’est produite la frustration ?

Qu’est-ce-qui l’a provoqué pour que vous puissiez vous préparer.

Exemple :

Le problème s’est produit au moment où votre enfant avait faim. Dès son arrivée de l’école.

Ou bien quand il a envie de dormir. Ou quand on touche à ce qu’il a de plus cher.

 

Conclusion 

Apprendre à un enfant à gérer sa frustration fait partie intégrante de son éducation.

D’ailleurs nous vivons tous dans un monde ou tout n’est pas cadeau. Dehors nos enfants devront faire face à différents types de gens. Les gentils sont là-bas comme les méchants. Les parents doivent toujours aider l’enfant et considérer cette frustration comme un élément qui le fait grandir.

Votre expérience vous a permis d’arriver à une meilleure situation, le partage est souhaité dans les commentaires !

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire