Un discours très intéressant pour l’éducation des enfants

Écoutez cette émouvante leçon de vie de Barack ObamaÉcoutez cette émouvante leçon de vie de Barack Obama aux stagiaires de la Maison Blanche

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Quelle éducation une crèche peut-elle offrir à nos enfants ?

La crèche est une solution possible pour les parents qui ne peuvent pas rester à la maison pour diverses raisons. A ce moment, l’éducation des enfants peut ne pas ressembler à celle que les parents veulent donner à leurs enfants. Une adaptation est alors nécessaire. Mais que représente l’admission en crèche pour un enfant ? Et pour les parents, la crèche peut-elle répondre à  leurs attentes ? Il est intéressant de voir si la crèche est avantageuse pour l’enfant ainsi que pour les parents.

Qu’apporte la crèche pour nos petits ?

La crèche est une solution pour  les parents mais pas forcément pour l’enfant :

  • Un bébé doit rester dans le calme et le milieu le plus adapté est la maison familiale. Trop petit, un enfant a du mal à suivre la vie collective à la crèche.
  • La séparation pèse beaucoup pour l’enfant. Mener une vie pendant une journée entière sans ses parents est difficile à supporter par un enfant qui a l’habitude d’être avec ses parents.
  • Les horaires peuvent ne pas correspondre aux besoins des parents. En cas de sortie tardive au bureau, par exemple, une autre solution de garde est à prévoir.
  • Parfois les enfants peuvent attraper une maladie à la crèche. Et un enfant malade peut n’y être pas accepté en cas de maladie contagieuse

La crèche a quand même ses points forts attrayants :

  • La crèche possède un personnel compétent multidisciplinaire et un lieu adéquat pour répondre aux besoins de l’enfant. Les règles d’hygiène sont bien respectées.
  • Les différentes activités d’éveil permettent de donner un développement continu à un enfant.
  • La crèche donne à l’enfant l’habitude de se préparer au rythme scolaire
  • Le coût de la crèche est abordable pour une famille modeste, par rapport à engager une personne pour s’occuper de l’enfant à la maison.

Comment aider l’enfant ?

  • Préparez votre enfant pour son admission à la crèche,
  • Quelques mois avant l’envoi à la crèche, essayez d’habituer l’enfant à l’absence temporaire de ses parents. Lui faire souvent passer quelques heures avec des proches ou des amis, par exemple.
  • Familiarisez-le avec le nouveau lieu et le personnel qui va le recevoir.
  • Expliquez à l’enfant ce qui va se passer pour qu’il ne soit pas surpris. La crèche est un lieu pour lui faire découvrir de nouvelles choses mais pas pour se débarrasser de lui.
  • Essayez d’avoir une relation de confiance avec le responsable de la crèche en lui demandant ce qui vous tracasse.

Envoyer un enfant à la crèche nécessite une longue réflexion. Il est nécessaire de voir les côtés bénéfiques. La décision appartient entièrement aux parents. Partagez vos avis et vos expériences dans les commentaires !

Publié dans Bébé | Marqué avec , , , , | Un commentaire

8 conseils pour aider un enfant à vaincre sa peur

La peur est une émotion qu’un enfant peut éprouver  en grandissant. Les parents sont là pour éduquer  leurs enfants à la surmonter. Cette peur peut être différente d’un enfant à un autre, certains enfants peuvent la manifester davantage. Pour accompagner  nos enfants, nous vous donnons ci-après des conseils utiles qui peuvent amener un enfant à surmonter sa peur :

  • Il faut accepter la peur et ne pas la prendre à la légère. Si l’enfant ressent une peur, pour l’apaiser, parler avec lui est important. Expliquer comment les autres acceptent facilement d’approcher ce qui l’effraie. Il faut l’accompagner quand il affronte sa peur.
  • Forcer l’enfant à affronter ce dont il a peur n’est pas une solution, cela ne fait qu’empirer la situation. Essayez de l’aider doucement à vaincre sa peur en se mettant près de lui quand il doit y faire face. Il faut être patient car ce n’est pas facile pour lui de surmonter sa peur d’un coup.
  • Rassurer l’enfant est essentiel pour affermir sa confiance en lui devant une chose qui lui fait peur. Les parents ne doivent pas se montrer inquiets car cela alimente ce que l’enfant ressent déjà.
  • Bien interpréter ses gestes est nécessaire pour savoir ce qu’il veut transmettre
  • Pour la peur du médecin, préparer l’enfant à savoir ce qui l’attend exactement. Lui faire comprendre que le médecin va le guérir et qu’il n’a aucune intention de lui faire mal. Lui bien faire comprendre aussi qu’il doit être soigné en cas de maladie.
  • La rencontre d’une personne étrangère peut entraîner la peur chez l’enfant, c’est la peur de la séparation. Serrer l’enfant contre soi peut le calmer. Le doudou peut  aussi l’aider dans ce cas.
  • La peur du noir arrive souvent aux enfants, le noir empêche de trouver ses repères. Mettre  une lumière dans sa chambre  l’aidera .Lui demander aussi ce qui l’effraie et lui fournir quelques explications éliminent ses angoisses.
  • La peur des parents peut se transmettre aux enfants, la solution est de maîtriser nos réactions devant eux.

Quelle que soit la peur qui peut arriver à un enfant, il faut toujours la prendre au sérieux et le rassurer. Il ne faut surtout pas partager sa peur. Vaincre la peur amène l’enfant à être plus confiant. La peur peut avoir une répercussion négative dans le développement de l’enfant. Bien connaître notre enfant est très important. L’instinct parental n’est pas à exclure dans la résolution de cette situation. Votre participation dans les commentaires est souhaitée pour avoir des échanges bénéfiques.

 

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Comment gérer l’opposition de l’enfant

L’éducation des enfants présente souvent des difficultés de sorte que les parents se sentent pris au dépourvu. A l’âge de 2 ou 3 ans, l’enfant peut exprimer une opposition à tout ce que  l’on lui propose. Les parents se demandent dans ce cas la raison de ce comportement de leur enfant, il n’est plus celui qui accepte tout, on a du mal à supporter cette attitude. Face à cette situation, les parents ne doivent pas s’inquiéter. Cette phase est incontournable, une étape que chaque enfant doit franchir. Les éclaircissements ci-après peuvent vous aider dans cette situation.

        L’enfant commence à se construire

Si la réponse à tout ce qu’on lui demande est non, il s’agit de la phase de l’opposition. L’enfant n’est plus celui qui suit docilement ce que ses parents suggèrent, il essaie de mettre en place sa personnalité. Il est devenu un individu à part entière qui se détache du cocon maternel.

Dire non pour lui ne signifie pas contrarier ses parents, l’opposition de l’enfant apparaît avec son développement moteur comme le fait de marcher. Il se peut qu’il réclame après ce qu’il a refusé avant, cela lui permet de savoir ce qu’il veut.

L’enfant essaie dans cette phase de se distinguer de ses parents, l’affirmation de soi commence à prendre place.

                Comment réagir face au non ?

Il n’est pas facile d’éduquer l’enfant durant cette phase, il faut vraiment de la patience. L’enfant manifeste son opposition d’habitude aux moments où l’on est pressé comme à la sortie pour aller à l’école.

Les parents doivent poser leurs limites sans trop forcer l’enfant à se soumettre aux ordres.

Il est recommandé de donner à l’enfant un choix pour qu’il exprime son désir. Quelquefois, il prend du temps pour répondre, prévoir cet instant est nécessaire pour maintenir une ambiance saine. Il se peut que l’enfant ait des comportements désagréables qui sont  récurrents, l’important c’est de bien se préparer pour ne pas paniquer et garder son calme.

L’opposition de l’enfant fait partie son développement. Les parents doivent seulement se préparer pour faire face à cette situation. La mise en place des limites structure l’enfant. Si vous avez déjà été confronté à ce problème, les commentaires sont ouverts pour partager vos expériences et pour apporter les solutions adéquates.

Publié dans Enfant 1à 3 ans | Marqué avec , , , , , | 2 commentaires

Pour éviter une situation pareille, éduquer nos enfants

<div id= »fb-root »></div><script>(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = « //connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3″; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));</script><div class= »fb-video » data-allowfullscreen= »1″ data-href= »/aissatou.cisse.9212/videos/vb.544025548/424068810548/?type=3″><div class= »fb-xfbml-parse-ignore »><blockquote cite= »https://www.facebook.com/aissatou.cisse.9212/videos/424068810548/ »><a href= »https://www.facebook.com/aissatou.cisse.9212/videos/424068810548/ »>Vrai sale gosse!</a><p>Pour éviter des images comme celles-ci, éduquons nos enfants! Bilaay, walaay, ça fait peur!!!</p>Posté par <a href= »https://www.facebook.com/aissatou.cisse.9212″>Aïssatou Cissé</a> sur jeudi 29 avril 2010</blockquote></div></div>

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Encourager l’enfant : une bonne façon d’éduquer

Pour  son développement, l’enfant a besoin d’être soutenu et aidé pendant son éducation. Encourager l’enfant favorise les divers apprentissages ; Les parents doivent toujours remarquer et reconnaître l’effort qu’un enfant a déployé. Des conseils pour accompagner les parents dans ce rôle paraissent indispensables. Comment faire alors pour vraiment encourager vos enfants.

  • Montrer à vos enfants que vous éprouvez toujours de l’amour pour eux, les expressions et les gestes permettent de manifester cela.
  • Parler régulièrement avec l’enfant à la fin de la journée, par exemple, pour lui demander de raconter le déroulement de ses activités en mettant l’accent sur ce qu’il a accompli.
  • Comparer un enfant à ses frères ou sœurs doit être évité car cela entraîne une baisse de sa confiance en lui-même. Mais la comparaison avec lui-même est utile  pour mesurer son évolution.
  • L’enfant doit sentir la présence de ses parents en toutes circonstances, il a toujours besoin d’être épaulé.
  • Profiter de tout moment où l’enfant a fait un effort pour l’encourager, même le moindre petit exploit mérite d’être souligné.
  • Féliciter l’enfant en utilisant divers mots d’encouragement
  • Responsabiliser l’enfant en lui demandant de participer aux différentes tâches qui ne requièrent pas de grands efforts pour son âge. Si l’enfant rencontre une difficulté pour réaliser ces tâches, il faut l’aider en le valorisant.
  • Apprendre à l’enfant à reconnaître et à accepter ses erreurs, l’essentiel est de savoir les éviter à l’avenir et de faire mieux.
  • Donner à l’enfant la latitude d’explorer ce qui l’entoure en commençant par son foyer. Cela lui permet d’acquérir des connaissances et d’aider les autres. Le fait de connaître ce qu’il y a à la maison et l’utilité de chaque chose l’aide à devenir confiant et autonome.
  • Mettre en place des règles à suivre pour diriger l’enfant dans la bonne voie.

Encourager un enfant apporte un bon développement dans son éducation. Les parents y jouent un rôle important. N’hésitez pas à laisser vos commentaires ou encore mieux, partagez les expériences que vous avez vécues sur ce sujet !

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Les rivalités fraternelles : quelle éducation pour les éviter ?

                 Les rivalités fraternelles peuvent constituer un fléau qui entrave le bonheur familial. Les parents ont un devoir important dans l’éducation des enfants pour éviter ces rivalités. La connaissance des méthodes à adopter pour faire régner un climat paisible dans la famille est indispensable. Mais quelle est la source  de ces rivalités et comment faire pour aider les enfants à les surmonter ?

       A quel moment apparaissent les rivalités fraternelles ?

Les enfants sont accueillis dans la famille suivant leur naissance et acquièrent leur caractère au fur et à mesure de leur croissance. Les parents ont une grande part de responsabilité dans le développement psychologique de l’enfant. Les enfants cherchent à avoir leur  place dans la famille.  Souvent, les sources des rivalités fraternelles  sont les suivantes :

  • La comparaison : Chaque enfant est unique. Les faiblesses comme les forces le distinguent des autres. Les parents mettent quelquefois l’accent sur le fait que l’un est plus doué ou plus dynamique tandis qu’un autre ne cherche pas par exemple à améliorer ses résultats scolaires. Cela génère un complexe qui aboutit à la rivalité.
  • L’attitude des parents : les relations entre frères et sœurs dépendent du comportement des parents : la place de chacun dans la famille est déterminée par l’importance donnée par les parents. Traiter différemment les enfants devant une même situation blesse et favorise le clivage entre les fratries.

Si les parents n’arrivent pas à avoir une relation saine avec leurs enfants, cela se transposera entre les enfants eux-mêmes.

       Comment  limiter ces rivalités ?

Les rivalités fraternelles sont en quelque sorte inévitables, mais il n’y aucun danger si cela ne dépasse pas une certaine limite.Seulement  les parents doivent savoir les gérer.

  • Les rivalités concernent les fratries, l’intervention des parents est quelquefois nécessaire pour un arbitrage.
  • Les rivalités sont nées du fait que l’un ou l’autre veut obtenir plus, que ce soit sentimentalement ou matériellement. La notion de partage équitable dans la fratrie doit être instaurée par les parents pour éviter aux enfants la sensation d’être lésé.
  • Il est indispensable d’expliquer aux enfants les différences de traitements (qui sont inévitables) pour leur faire comprendre que chacun est unique et les besoins ne sont pas forcément les mêmes.

Les rivalités fraternelles dépendent  dans la plupart des cas de l’attitude des parents envers leurs enfants.  Le rôle des parents est alors d’atténuer ces rivalités en essayant de ne pas trop ériger  une grande différence de traitement chez leurs enfants. Parmi nous, il peut y avoir des personnes qui ont de l’expérience en ce qui concerne ces rivalités, votre intervention dans les commentaires est très importante!

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | 3 commentaires

Le mensonge : quelle éducation pour y remédier ?

Le mensonge peut constituer l’un des problèmes que les parents doivent affronter dans l’éducation d’un enfant. Les enfants peuvent mentir pour diverses raisons. Les parents ne doivent pas s’inquiéter dans la mesure où le mensonge peut faire partie du développement de l’enfant. Mais il est nécessaire d’apprendre à l’enfant à dire la vérité. Comment alors l’aider ?

Pourquoi un enfant ment-il ?

Par son manque d’expérience de la vie, un enfant ne distingue pas encore ce qui est réel  et ce qui est imaginaire. Le mensonge peut venir de causes différentes, un enfant peut mentir :

  • Pour cacher la vérité. Il se peut qu’il ait peur de subir la conséquence de la bêtise qu’il a faite et il peut aussi accuser quelqu’un autre.
  • Pour se vanter devant les camarades ou devant ses proches.
  • Pour inventer des histoires qui lui font plaisir
  • Pour attirer l’attention de ses parents. Il peut se trouver quelquefois mal aimé, ou se sentir ignoré.
  • Pour atteindre un objectif qu’il juge important pour lui
  • Pour contester tout simplement les parents
  • Pour ne pas tout dire car il peut avoir lui aussi ses secrets qu’il ne veut pas révéler

Que faire devant le mensonge d’un enfant ?

  • Il faut d’abord écouter l’enfant et surtout ne pas le culpabiliser à priori
  • Ne pas se laisser emporter par la colère, cela ne fait qu’augmenter la tension
  • Discuter et voir avec l’enfant la raison qui l’a amené à mentir
  • Apprendre l’enfant à distinguer le réel de l’imaginaire
  • Expliquer la valeur de la vérité : la confiance des autres réside dans l’affirmation de la vérité. Il arrive que dire la vérité soit difficile à dire mais il faut le faire
  • Etre un bon exemple : les enfants imitent ce que font les parents et dire la vérité devant eux les incite à faire de même.
  • Il ne faut pas forcer l’enfant à dire la vérité coûte que coûte : cela peut l’amener à se renfermer

Le mensonge d’un enfant ne doit pas être pris comme un drame. Les parents doivent toujours chercher les causes et aider l’enfant à comprendre  sa réaction.  Le mensonge fait partie du développement de l’enfant mais au cas où il persisterait,  une intervention est nécessaire. Si vous avez déjà vécu ces circonstances, votre partage est très apprécié !

 

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Comment inciter les enfants à apprendre leurs leçons

Pour apprendre leurs leçons, les parents  peuvent aider leurs enfants en les poussant à adopter une bonne méthode. Tout dépend pourtant de l’enfant selon qu’il possède une mémoire visuelle ou une mémoire auditive. Mais comme chaque cas est unique, cet apprentissage nécessite toujours la collaboration de l’enfant. Les conseils ci-dessous vous donneront  des idées pour permettre aux enfants de retenir  leurs leçons.

            L’attention est indispensable

En plus de la volonté de se mettre devant les cahiers pour apprendre, il est nécessaire que l’enfant soit dans les conditions qui l’aident à le faire. Pour cela, il doit être prêt physiquement : ne pas avoir faim, ni avoir envie de dormir, ne pas être fatigué. Tout objet qui fait  dévier  sa concentration est à supprimer (comme la télévision), le calme est très important. Ces préalables sont primordiaux pour entrer dans la phase de l’apprentissage proprement dit  et pour avoir la concentration.

            Apprendre les leçons commence en classe

L’enfant doit être conscient de la nécessité d’être à l’aise en classe :   aller à l’école ne doit pas être une obligation pour lui, avoir une motivation est nécessaire pour parvenir à un but.

Une leçon comprise est à moitié apprise, l’écoute en classe assure la compréhension. S’il arrive que des questions lui passent par la tête, il faut demander un éclaircissement aux enseignants : cela montre aussi l’intérêt apporté à la leçon.

              Comment et quand apprendre

Pour être retenue, la leçon doit être apprise régulièrement. Si l’enfant a commencé à apprendre sa leçon une semaine à l’avance, par exemple, faire des révisions est indispensable. Si une leçon n’est pas révisée, elle se perd facilement.

Attendre la dernière minute ne permet pas d’approfondir l’apprentissage de la leçon. Il faut maintenir un rythme régulier.

Les idées ci-après vous donnent les méthodes pour bien apprendre ses leçons :

  • Lire la leçon plusieurs fois afin de la comprendre et retenir les grandes lignes.
  • Faire des fiches pour faciliter les révisions
  • Apprendre par cœur les définitions
  • Refaire les exercices pour qu’ils soient bien compris

Apprendre les leçons exige de l’enfant des efforts et des préparations physiques. L’aide des parents est nécessaire pour le soutenir et pour lui transmettre leurs expériences. Cet apprentissage requiert des méthodes  dont la plupart sont entre nos mains, les partager dans les commentaires peut être bénéfique pour tous !

Publié dans Scolarité | Marqué avec , , , | 2 commentaires

Comment gérer les crises de colère des enfants ?

Beaucoup de parents se plaignent devant les crises de colère de leurs enfants. Comment alors mener l’éducation pour au moins diminuer la fréquence de ces crises. Une crise ne survient parfois qu’à un moment difficile dans un endroit où il est difficile de la maîtriser. La colère est une façon pour les enfants d’exprimer leurs exigences et fait partie de leur développement. La connaissance des causes est nécessaire pour remédier à la situation. Nous vous suggérons ci-dessous des conseils qui soulagent les difficultés des parents face aux crises de colère des enfants.

Quelles sont les causes de la crise de colère ?

Un enfant n’arrive pas encore à bien exprimer ses besoins par les paroles, les cris el les pleurs sont pour lui une façon de montrer ses émotions. Les causes qui peuvent provoquer la colère d’un enfant peuvent être résumées dans les cas ci-après :

  • Les frustrations : Un enfant ne distingue pas encore parfaitement les maux qui peuvent lui arriver. La sensation de faim, de froid ou de chaleur peut lui causer un énervement et l’amener à des crises de colère. Les malaises qu’il subit ne sont pas faciles à supporter et entraînent par conséquent la colère.
  • Les évènements inattendus : il se peut que les enfants soient obligés de subir les faits vécus à  la maison comme le comportement des parents : ceux-ci peuvent être trop autoritaires ou surprotecteurs.  Le changement dans la situation familiale est source de colère aussi : le divorce, la séparation, la famille recomposée.
  • L’obtention de satisfaction : si un enfant reçoit toujours de ses parents tout ce qu’il demande, un refus engendrera la colère.
  • L’attention : pour attirer l’attention de ses parents, la colère est une manière que l’enfant peut utiliser.
  • L’attitude des parents : Quand les parents répondent à la colère par la colère, cela ne fait que faire monter la tension et aucune solution ne survient.

Que faire devant la crise de colère d’un enfant ?

  • Essayer de l’approcher en l’apaisant par la douceur et lui parler. Si cela ne fonctionne pas, le mettre à l’écart pour qu’il finisse par se calmer de lui-même.
  • Garder le calme, trop se concentrer sur les crises les favorise.
  • Organiser les besoins de l’enfant en prévoyant de quoi manger et boire et le détendre un peu en cas de fatigue.
  • Ne pas céder devant les caprices des enfants, leurs apprendre à gérer eux-mêmes ce qu’ils veulent.
  • Apprendre à l’enfant à exprimer calmement ce qu’il ressent : apprendre les expressions adéquates aux situations que l’enfant peut vivre.

Gérer la crise de colère d’un enfant nécessite de la fermeté, l’enfant apprendra que se mettre en colère n’est pas un moyen pour obtenir ce qu’il veut. Toutefois, les parents doivent éviter les situations qui peuvent entraîner les crises de colère. Certains parents ont eu des expériences efficaces face à cela, partagez-les dans les commentaires pour le bien des autres !

Publié dans Difficultés dans l'éducation | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire